L’Amicale St Stan fait peau neuve. Découvrez son nouveau site et rejoignez l’aventure !

X

Se lancer, ne pas hésiter ! Conseil d'Antoine Fruchard

Ghizlene Taleb, June 3, 202112 min
EntrepreneuriatPromo 2002

Créer 4 sartups et rédiger un livre (bientôt adapté par Netflix en série), c'est possible !

Bonjour Antoine Fruchard. Pour commencer, est-il possible de retracer votre parcours professionnel ?

J’ai obtenu mon baccalauréat ES à Saint-Stanislas en 2002 et je n’avais pas d’idée précise d’orientation, comme beaucoup de jeunes sûrement… Étant de nature curieuse et intéressé par l’actualité et par le monde qui m’entoure, j’ai été séduit par l’offre pluridisciplinaire et riche de Sciences Po Bordeaux. En parallèle, j'y ai aussi réalisé un Master Recherche en Sciences de Gestion et j’ai obtenu mon double diplôme en 2006. 

Ensuite, ayant eu la chance de finir assez tôt mon cursus, j’ai pu intégrer l’ESSEC en programme Grande école. Spécialisé en économie, j’ai travaillé, après l’obtention de mon diplôme, en salle de marché. 

Suite à cela, j’ai décidé de mener deux aventures en parallèle : la rédaction d’un thriller, Les Carnets rouges, et la création de ma première start-up Réassurez-moi. Aujourd’hui, j’ai quatre startups, toutes guidées par la volonté d’aider les consommateurs à choisir sur internet le meilleur produit financier.

Pouvez-vous nous parler de vos expériences professionnelles ?

J’ai réalisé un stage chez L’Oréal dans le marketing de luxe alors que j’étais étudiant à l’ESSEC. C’était intéressant mais pas forcément pour une personne n’ayant pas une grande sensibilité produit. 

Par la suite, j’ai travaillé de 2008 à 2013 dans le secteur bancaire: Société générale, BNP Paribas et Kepler Cheuvreux. Si c’était à refaire, je ne le referait pas. Même si cela m’a offert l’opportunité de vivre à New-York, je considère que ce monde n’est pas fait pour moi, ce n’est pas un secteur d’avenir et beaucoup de business vont disparaître dans les années à venir. 

Je déconseille aux jeunes de rejoindre les grandes entreprises et les encourage à investir leur énergie dans l’entrepreneuriat.

Comment et pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre ?

Lors de mes 2 ans de salariat, je n’étais pas épanoui. Cependant, grâce à l’ESSEC, j’ai eu la chance de suivre des cours de business et d’entrepreneuriat et d'être entouré de potentiels entrepreneurs, faisant naître en moi le désir de travailler à mon compte. Je me suis lancé lorsque j’avais 29 ans. 

A cette période, il paraissait important de travailler dans de grands groupes, avec des grands noms, d'être bien payé et de voyager. Mais cela ne me plaisait pas, les fondements du travail ne m'intéressaient pas.

Heureusement, j’ai réussi à m’y extirper pour aller vers l’entrepreneuriat, même si, à l’époque, ce n’était pas encore tendance. Dans cette aventure, j’ai embarqué mes frères et sœurs avec moi : c’est devenu un virus familial. De part notre proximité et nos liens, ils se disaient que ce qui avait bien fonctionné pour moi, le serait aussi pour eux. Ils ont eu raison.

Comment s’est passée la création de Réassurez-moi ?

Je voulais créer ma boîte et je me suis inspiré de mes expériences passées. J’avais des compétences dans le domaine de la finance que j’ai réemployées dans Réassurez-moi. Au début, j’ai été aidé par mon père, médecin, dans le conseil en assurance de personnes et nous avons d’abord aidé des particuliers vivant avec des problèmes de santé et ayant du mal à trouver un crédit. En voyant que cela fonctionnait bien, j’ai élargi le spectre des cibles et des services proposés par le comparateur d’assurances: emprunteur, santé, habitation, auto. Cette année, notre site va dépasser les quinze millions d'utilisateurs. 

Il a fallu travailler énormément, j’ai vite appris et je me suis retrouvé, épanoui.

En parallèle de la création de votre start-up, vous avez rédigé le livre Les Carnets rouges. Comment est née l’idée ?

Enfant, je lisais beaucoup, tout comme mes frères et sœurs. Cela constituait notre échappatoire car, à la maison, nous n’avions pas de télévision ou de jeux vidéo. Nous avions aussi l’habitude d’écrire de courtes histoires et de travailler notre imagination. 

L’idée des Carnets rouges est née lorsque j’étais en colocation avec ma sœur Carole alors qu’on était tous deux à l’ESSEC. Plus jeune que moi d’un an, elle s’était remémorée, un soir, l’idée d’un dénouement qu’elle avait imaginée lors d’un cours de SVT à Saint-Stanislas. De là, nous avons décidé de remonter le fil et de structurer l’histoire. 

Cependant, en 2009, employé par Société Générale, vous avez dû quitter Paris pour New-York. Comment avez-vous réussi à écrire un livre à distance ?

Au même moment, ma sœur s’est retrouvée à Shanghai pour son travail et nous étions séparés de douze mille kilomètres. Nous avons longtemps cherché la meilleure manière de faire. Nous échangions grâce à des documents partagés, notamment Google Doc. Nous avons aussi fini par trouver la bonne articulation: je m’occupais de la structure, de la trame, des idées et Carole opérait les choix d’écriture. C’était la plume.

“Paris, 2040. Simon d’Almat travaille dans un grand laboratoire sur un projet ultra-confidentiel qui pourrait changer l’équilibre du monde. Et avoir des conséquences capitales sur son entourage, à commencer par sa fiancée, hospitalisée dans un état grave.

Ce jeune scientifique au passé chaotique et violent est prêt à tout pour faire avancer ses recherches, tout en essayant de lutter contre ses vieux démons.

Mais, de Londres à Paris en passant par Marseille et la Centrafrique, Simon se retrouve au cœur d’un environnement qui déraille : qui sont ces personnes qui semblent le connaître ? Pourquoi n’a-t-il aucun souvenir de son enfance ? Que renferment ces mystérieux carnets rouges ?

Ce thriller est une course contre le temps, une folle aventure humaine, jusqu’à une révélation finale stupéfiante.”

Aujourd’hui, le livre suscite beaucoup d’engouement. L’actrice Robin Wright a même acheté les droits d’adaptation audiovisuelle. Retour sur ce succès ?

Initialement, nous avions auto-édité le roman puisque nous n’avions pas eu de retour positif de la part des maisons d’édition. Le thriller a été mis en vente en ligne sur le site de la Fnac, Amazon, Rakuten... et ça a bien marché. Par chance, il a été repéré par le mari de Robin Wright, l’homme d’affaires français Clément Giraudet. Séduit par l’histoire, il en a parlé à sa femme et nous avons commencé à collaborer. L’adaptation par Netflix est en cours de négociation. Au même moment, nous avons été approchés par la maison d’édition Harper Collins: remaniement du texte, publication, traduction en anglais et, bientôt, envoi outre-Atlantique. 

Comment avez-vous concilié écriture et travail ?

C’était une période dure, heureusement que je n’avais pas encore d’enfants. Je rédigeais tôt le matin avant de commencer ma journée de travail puis le soir et les week-ends. En fait, j’avais commencé à écrire les carnets rouges quelques mois avant de lancer ma start-up donc la rédaction faisait déjà partie de mes habitudes et c’est la création de mon entreprise qui est venue la bousculer, pas l’inverse. C’est une période durant laquelle j’ai beaucoup pris sur mon temps personnel et je me suis découvert très travailleur et persévérant, chose que je n’étais pas forcément au lycée.

https://www.europe1.fr/culture/le-succes-fou-des-carnets-rouges-roman-autoedite-repere-par-robin-wright-4023329

Envisagez-vous de continuer à écrire ?

Avec Carole, nous avons déjà imaginé la trame des tomes deux et trois. Nous attendons juste la fin de la traduction du tome un en anglais et l’avancée de notre collaboration avec Netflix afin de nous lancer.

Votre plus grand succès ?

Mes deux enfants qui ont trois ans et cinq mois.

Que leur souhaitez-vous?

Il faut essayer de comprendre, le plus tôt possible, ce pourquoi on est bon et ce pourquoi on est fait. C’est un exercice dur et un travail sur sa personnalité à travers lequel on se trouve en résonance avec son environnement. En tous cas, j’espère qu’ils trouveront leur voie comme j’ai trouvé la mienne. Bien évidemment, cela s’applique au travail mais aussi au sport, aux hobbies…

De part votre expérience, que pouvez-vous conseiller aux jeunes qui souhaitent entreprendre ?

Commencez rapidement à construire quelque chose et soyez dans l’action le plus vite possible. Même si le produit est imparfait, cela créera un marché, de l’activité et vous permettra d’avancer.

Avez-vous une demande à exposer à travers le blog ?

Oui, nous recrutons au sein de mes quatre sociétés. Nous recherchons des commerciaux, des chefs de projet digital ainsi que des créateurs de contenu. Aujourd’hui, il n’est pas évident de trouver de bons candidats. Nous ne sommes pas attachés à l’expérience mais plutôt à la motivation puis nous formons en interne. Mes entreprises de services financiers disposent d’une équipe commune. Ainsi, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à contacter Réassurez-moi, le relais de votre candidature se fera en interne.

Peut-être que mes prochains salariés seront issus du même lycée que moi !

linkedin.com/in/antoine-fruchard

https://reassurez-moi.fr/