Samedi 9 juillet, participez au Grand Banquet/Barbecue des Alumni à St Stan : En savoir +

X

Rafraîchir sa coupe de cheveux avec Lucie Gehl

Ghizlene Taleb, March 11, 20226 min
EmploiPromo 2015

Ils font partie de ceux qui ont le plus souffert de la crise sanitaire : les coiffeurs ! Plus de coups de ciseaux, plus de plannings ni de d'échanges avec les clients. Mais comment devient-on coiffeur et pourquoi ce métier mérite-t-il d'être préservé et valorisé ? Avis de Lucie Gehl.

Bonjour Lucie. Durant quelle période as-tu été à Saint-Stanislas ? Quelle filière et quelles spécialités ou options avais-tu choisi ?

J’ai été scolarisée à partir de Février 2010 jusqu’en juin 2013. J'ai quitté Saint-Stanislas après ma Troisième en étant accompagnée par mon professeur principal, qui m’a rassurée sur le fait de bifurquer en filière professionnelle, chose qui n’était pas encore habituelle.

Quel est ton meilleur souvenir et avec qui l’as-tu partagé ?

Mon meilleur souvenir reste l’après-midi passée avec toute ma classe en Quatrième pour la « Stan Ac'» qui regroupait tous les niveaux autour d'un événement festif et joyeux. J’ai aussi beaucoup aimé le dernier jour des terminales. Le matin, en arrivant, nous étions surpris de voir leurs déguisements de toutes sortes, avec le sourire aux lèvres pour la fin des années lycée. 

Quels facteurs t’ont motivé à te lancer dans une formation artisanale : la coiffure ? 

Mon stage de Troisième avait été découpé en deux : coiffure et optique. Il m’a permis de me réconforter dans mon choix de m'orienter vers la voie de l’artisanat. Ma famille a toujours été commerçante, j'ai donc baigné dans le contact et le relationnel avec les clients depuis toute petite et je voulais maintenir cet aspect dans mon métier.

Quels savoirs et savoir-faire as-tu acquis durant tes études ?

En me formant à la coiffure, j’ai pu acquérir de la précision, de la persévérance, de l’écoute, du partage, des connaissances et de l’accompagnement, notamment pour la préparation des concours de coiffure.

As-tu commis des maladresses à tes débuts ?

On commet tous des maladresses mais il faut bien débuter quelque chose et se servir de ses erreurs pour progresser. C'est en forgeant qu'on devient forgeron comme on dit. Au fur et à mesure de l'apprentissage, on progresse et on augmente nos capacités.

Quand as-tu décroché ton premier contrat ? Comment as-tu évolué professionnellement ensuite ?

J’ai obtenu mon premier contrat après avoir passé mon CAP, pour continuer sur une mention. À seize ans, décrocher un contrat d’apprentissage fait grandir et évoluer beaucoup plus vite. J’ai continué après ma mention complémentaire avec deux diplômes également en alternance. Par la suite, j'ai signé mon premier CDI. 

Lors du dernier salon MCB 2021 à Paris, tu as participé au concours HAIR ARTIST AWARDS, organisé par Raphaël Perrier et l'UNEC. Comment t’es-tu préparée à cet événement ? Quel a été le résultat ?

Effectivement, j'ai participé à la première édition du "Hair artist awards" l'année dernière. Ce concours se déroulait en trois étapes de sélection. J’ai réussi à passer les deux premières mais malheureusement pas la troisième.

Avec l’équipe de France, nous participons habituellement au championnat du monde pour représenter plusieurs catégories. Pour ma part, j'étais inscrite dans la catégorie mode où j’ai pu être championne de France en chignon de mariée et deux fois sixième mondiale en coupe commerciale.

Depuis l'arrivée de la pandémie, cette compétition se déroule en ligne et la France est toujours classée dans les pays en tête.

Pourquoi la coiffure est-elle un métier relationnel ?

Le relationnel intervient sur tous les points puisque chaque cliente partage un moment avec nous. De plus, je travaille dans un salon en appartement ce qui favorise la proximité et le contact.

Pourquoi la coiffure est-elle un métier technique ?

La coiffure est très technique car c’est un métier en perpétuelle évolution. Nous travaillons l’art du cheveu. Des savoir-faire sont requis pour retranscrire ça sur une chevelure. Des connaissances en chimie et en biologie nous sont également demandées afin de faciliter l’utilisation des produits.

Pourquoi la coiffure est-elle un métier artistique ?

La coiffure est surtout un métier artistique car il réveille notre créativité, sans limites. Nous pouvons transformer et manipuler le cheveu sous tous ses angles. J'ai appris ces cinq dernière années, grâce aux concours, à travailler ma créativité de diverses formes et cela va au-delà de ce que j’imaginais pouvoir faire.

Pour moi, la technique et la créativité sont l'essence même de ce métier : l’un sans l’autre, on ne pourrait œuvrer pour la beauté capillaire.

Considères-tu que ce métier est reconnu à sa juste valeur ?

Malheureusement, je trouve que la coiffure est un métier encore beaucoup trop sous-estimé. Le coiffeur est bien trop banalisé et stigmatisé. Les métiers de l’artisanat évoluent petit à petit grâce à de nouveaux diplômes qui les valorisent et les professionnalisent. J’espère participer à cette valorisation et reconnaissance des savoir-faire à travers ma participation aux concours.

Le mot de la fin :

Il ne faut pas avoir peur de passer le pas de l’apprentissage et de se dédier à sa passion. De nombreux métiers techniques ne sont pas considérés à leur juste valeur et, pourtant, ce sont des métiers gratifiants et épanouissants.

linkedin.com/in/lucie-gehl-822579213