Samedi 9 juillet, participez au Grand Banquet/Barbecue des Alumni à St Stan : En savoir +

X

Nicolas de Charry : les études de droit comme tremplin

Juliette, February 1, 20225 min
EmploiPromo 2012

Le Wealth Manager, qui gère le patrimoine des grosses fortunes, doit faire preuve de rigueur et d’un fin sens des responsabilités. Comment Nicolas de Charry (Promo 2012) a-t-il acquis ses compétences ? Il nous l’explique :

Bonjour Nicolas, tu as quitté St Stan’ en juin 2012. Que retiens-tu de tes années dans cet établissement ? 

Bonjour Juliette, j’ai effectué tout mon lycée à St Stan et j’en ai conservé d’excellents souvenirs. Cela concerne plus particulièrement des amitiés conservées sur le long terme ainsi que de bons moments passés avec les personnes rencontrées là-bas. Certains de mes témoins de mariage sont d'ailleurs des personnes avec qui j’étais en classe. Par ailleurs, j’ai gardé un assez bon souvenir des professeurs, en particulier de Mme Battaglini en tant que prof principale pendant presque tout mon lycée.

Qu’as-tu fait après ton baccalauréat et pourquoi ?

Suite à mon Baccalauréat, j’ai suivi une Licence de Droit/Economie que j’ai prolongé avec un Master en Droit des Affaires à l’ICES à la Roche sur Yon (85) et que j’ai ensuite complété avec un Mastère Spécialisé en Gestion de Fortune et Expertise Immobilière à KEDGE Business School à Paris. Pendant tout mon parcours, j’ai eu la chance de pouvoir multiplier les petits boulots d’été, les stages et les alternances.

Qu’as-tu appris lors de tes stages ?

Durant mes études, j’ai eu l’opportunité d’effectuer une grande quantité de stages et d’alternances dans des domaines assez divers. En effet, entre les cabinets d’avocats, les études notariales, les services juridiques d’entreprise et les Cabinets de Gestion de Patrimoine, j’ai pu acquérir une véritable expérience du monde du travail. 

En parallèle, ces découvertes professionnelles m’ont permis de préciser mes choix de carrières, soit en découvrant un domaine qui ne me plaisait pas soit en m’intégrant dans un secteur qui me convenait. A mon sens, je ne serais pas aujourd’hui à mon poste sans l’éclaircissement que m’ont apporté ces différentes expériences.

Durant tes études, tu es parti quelques mois à Derby au Royaume Uni. Que peux-tu nous dire de cette expérience ?

Effectivement, pendant ma L3 de Droit, j’ai eu la chance de partir à Derby, près de Birmingham, pendant tout le dernier semestre. Honnêtement, ce ne fut pas la période de mes études pendant laquelle j’ai le plus travailler mais c’est, je pense, la période où je me suis le plus découvert. Je suis parti seul dans une Université où il n’y avait pas d’autres français. J’ai pu y approfondir mon anglais et m’ouvrir à de nouveaux domaines tels que le commerce et l'entrepreneuriat. En intégrant les équipes universitaires de Rugby et de Hockey sur Gazon, j’ai pu rencontrer des personnes avec qui je suis toujours en contact.

Qu’est-ce que t’a apporté ton année de Master à KEDGE suite à tes études à l’ICES ?

L’ICES et KEDGE sont deux écoles très différentes qui m’ont, toutes deux, apportées beaucoup. A l’ICES, j’étais au sein d’une université à taille humaine (100 personnes en 1ère année de Droit au lieu de 700 en université publique) qui valorise autant le travail que le développement personnel. J’y ai rencontré une très grande partie de mes amis les plus proches ainsi que mon épouse. J’ai le souvenir d’une super ambiance et d’une formation très exigeante.

Concernant KEDGE, c’est un petit peu particulier car je n’y ai pas suivi le Programme des Grandes Ecoles. Je n’ai donc pas bénéficié de l’ambiance des écoles de commerce. J’ai pourtant de bons souvenirs et j’en suis ressorti avec un niveau de formation en adéquation avec les postes qui m’intéressaient.

Quel souvenir gardes-tu de tes études (ambiance, formation, etc…) ?

Les études sont un super moment à passer. C’est une époque merveilleuse de fêtes, de rencontres et d’aventures. Cependant, en choisissant les études de Droit, j’ai dû énormément travailler pour valider mes années. J’ai suivi des formations intéressantes que j’ai adoré. Je n’ai pas forcément choisi un métier juridique mais je reste persuadé que la formation en Droit est un véritable tremplin. Comme on dit, le Droit mène à tout.

Peux-tu nous décrire ton métier actuel ? 

Après avoir commencé ma carrière en tant que conseiller en gestion de patrimoine à Nantes pendant 2 ans, je suis devenu Wealth Manager au sein de la banque CA Indosuez Wealth Europe à Luxembourg. C’est le poste que j’occupe depuis plus de 3 ans. 

Concrètement, mon rôle est d’accompagner les personnes très fortunées dans leurs choix d’investissement, de construction du patrimoine et de transmission. Je travaille directement sur les marchés financiers en conseillant mes clients sur tous styles d’instruments boursiers et non boursiers. Actuellement, je suis en charge d’une trentaine de familles de nationalités différentes avec des patrimoines très conséquents ayant des problématiques comptables, fiscales, financières et juridiques.  

C’est un métier exigeant mais intellectuellement très intéressant. Le Wealth Manager est à l’écoute de ses clients et dans le suivi continu des relations.

Quelles qualités et compétences requiert ta profession ?

Ma profession nécessite une grande rigueur au regard des montants en jeu mais surtout une approche humaine. Les clients sont souvent des personnes ayant travaillé toute leur vie et qui ont vendu leur entreprise au moment de la retraite. Ce sont généralement des personnes qui ont besoin d’un accompagnement sur les marchés et sur la structuration de leur patrimoine. C’est un métier motivant et qui pousse à se remettre régulièrement en question sur ses propres compétences.  

As-tu éprouvé des difficultés particulières tout au long de ton parcours ?

Les gaps entre le lycée et les études supérieures puis entre les études supérieures et le monde professionnel sont souvent intimidants. Je n’ai pas ressenti de réelles difficultés mais plutôt la nécessité d’une évolution continue. Choisir sa voie à 18 ans puis confirmer, ou non, son choix pendant les 5 à 6 années qui suivent peut paraître effrayant mais c’est une étape de vie importante.

Quel(s) conseil(s) peux-tu donner aux collégiens ou lycéens qui seraient intéressés par des études de droit ?

A mon sens, je conseille les collégiens et lycéens qui seraient intéressés par le Droit à poursuivre dans cette direction. Le droit est une belle école de vie, autant par l’exigence de la matière que par l’ouverture au monde que ces études apportent.

Par expérience, je sais que le Droit peut paraître effrayant pour un lycéen et qu’on se dit souvent qu’il est réservé aux étudiants assidus et prêts à travailler dur mais ce n’est pas forcément vrai.

Je n’étais pas bon en cours au collège ni même au lycée, j’ai même redoublé ma 1ère après avoir failli redoubler ma seconde. Ce n’est pas pour autant que cela m’a empêché de réussir dans mes études et ensuite dans ma vie professionnelle. 

Plus généralement, l’unique conseil que je souhaite partager est que les études supérieures ne sont pas une voie unique, tracée par le choix effectué en Terminale. Il est important d’accepter que parfois on peut se tromper de voie mais rien n’est jamais définitif. 

https://luxembourg.ca-indosuez.com/ 

https://www.linkedin.com/in/nicolas-de-charry-189b42b4