L’Amicale St Stan fait peau neuve. Découvrez son nouveau site et rejoignez l’aventure !

X

L’art, espoir de la société : postulat d'Alexis Thomas-Szlachta

Ghizlene Taleb, June 13, 20218 min
CulturePromo 2016

L'art est pensé pour toucher les sens et les émotions. En situation de crise, il apparaît comme une solution pour la sauvegarde de la santé mentale. On parle aujourd'hui d'art-thérapie.

Bonjour Alexis, peux-tu présenter ton parcours ?

À Saint-Stanislas, j’étais en seconde Seattle et j’ai réalisé avec toute ma classe “Vingt mille lieues sous St Stan”, un court-métrage autour de Jules Verne, ancien élève de l’établissement.

Ensuite, je me suis orienté en filière scientifique et je faisais partie de la classe du projet Alpes”. Après la terminale, passionné de sciences théoriques, j’ai rejoint la classe prépa Physique-Chimie de l’établissement. Mais après trois ans, je me suis rendu compte que malgré l’intérêt que je portais à la théorie, je ne me voyais pas du tout être chercheur ou ingénieur. Une fois les concours passés, j’ai décidé de suivre ma passion de toujours et d'aller en école de cinéma. Aujourd’hui, je suis en deuxième année à l’ESRA à Paris et, en parallèle, je continue la danse (claquettes), une autre grande passion.

Quels projets as-tu géré dans le cadre de la classe Alpes ?

C’était génial car la première année, nous avions mis en place différentes actions afin de financer notre voyage et avoir le moins à payer: nous avions fait des emballages de cadeaux à Noël, nous étions en relation avec un commercial qui nous a donné des astuces de gestion, une graphiste s’est chargée de la confection des affiches pour nos actions… Dans ce cadre, je me suis produit en tant que danseur lors d’une soirée Jazz à l’amphithéâtre de l’établissement. Pour cette prestation, j’étais accompagné de la formation de musiciens de Yannick Neveu (le conjoint de Madame Neveu, professeur de SVT) et de l’école de claquettes “les claquettes associées”. C’était la première fois que je me produisais en solo avec des musiciens et j’ai beaucoup apprécié cette expérience. 

Ma classe de terminale était la même que celle de première puisque le projet Alpes était mené sur deux ans; elle était dynamique, agréable, nous avions de super professeurs et j’en garde de très bons souvenirs. Nous nous tirions tous mutuellement vers le haut.

Qu’as-tu appris en prépa ?

J’ai toujours voulu comprendre comment le monde fonctionnait, comment se déroulaient les phénomènes, comment les planètes se déplaçaient, comment les fluides circulaient, comment les objets tombaient… J’ai fais trois ans de prépa pour mettre toutes les chances de mon côté et avoir les meilleurs écoles après le concours. J’ai donc fait une seconde deuxième année, ce qu’on appelle dans notre jargon : une “cinq demi” (5/2). J’ai pris beaucoup de plaisir à étudier même si c’était très dur mais j’ai appris à raisonner rapidement, à utiliser les bonnes méthodes de travail, à être rigoureux… ça a aussi modifié mon rapport à la connaissance :  j’en ai retenu qu’il ne fallait pas rester passif face aux connaissances mais bien mener une démarche active, être curieux, alerte, affûté et dynamique.

Qu’apprends-tu dans ta formation à l'ESRA ?

Au sein de mon école de cinéma, on nous livre une formation générale aux métiers du son, de l’image, de la mise en scène… Nous suivons des cours théoriques (histoire du cinéma par exemple), des travaux pratiques (caméra, son, studio, lumière, montage, étalonnage…) et nous sommes engagés dans des travaux de groupe. 

Quel type de projets as-tu déjà réalisé?

J’ai chorégraphié et réalisé un clip de danse dans les rues de Paris:

! Aussi, j’ai pu collaborer avec des artistes dont les chansons sont prêtes mais dont les clips n’étaient pas encore réalisés afin de leur formuler une proposition.

Quelle place occupe la danse dans ta vie?

J’ai commencé les claquettes quand j’étais en classe de sixième parce que j’étais fasciné par les comédies musicales que je regardais avec mes parents. Ainsi, pendant cinq-six ans j’ai appris les bases puis j’ai commencé à reprendre et à retravailler des chorégraphies originales des films comme “Chantons sous la pluie” ou “Un américain un Paris”. Cette année, je suis passé dans l’émission

sur Radio France Musique. Grâce à cette prestation, on m’a offert la possibilité de me produire dans l’émission
.

Des projets en cours ?

Je suis actuellement en train de préparer un colloque à Valence sur le thème de l’éducation des enfants aux comédies musicales. J’interviendrai pour analyser des scènes de ces films et montrer leur complexité et les enseignements à en tirer. Je serai, pour l’occasion, accompagné de la grande pianiste avec qui je collabore depuis un an : Célia Oneto Bensaid.

Par ailleurs, j’ai écrit un court-métrage dont je viens de commencer la préparation : je fais du repérage, je cherche des acteurs… Cela prend du temps mais je suis accompagné, notamment par des amis qui écrivent la musique du film.

Je donne également des cours à des enfants depuis début 2020 : j’interviens deux fois par semaine dans des écoles parisiennes où j’anime des ateliers d’éveil aux langues du monde.

En même temps, je suis professeur de claquettes depuis deux ans. Cela a été suspendu avec l’arrivée de la Covid mais je me suis adapté en proposant des cours en visio (un peu compliqués à suivre à distance) et en réalisant des tutos  dans lesquels je me mettais en scène comme professeur ainsi qu’en tant que pianiste accompagnateur.

Tu sembles animé par tes passions, quelle est celle qui prédomine ?

La mise en scène de façon générale. À ce propos, l’été dernier j’ai effectué un stage aux cours Florent à l’issue duquel j’ai été admis à entrer dans l’école. La technique du cinéma me passionne car elle est au service de la mise en scène. C’est pour cela que pour ma troisième année d’école de cinéma, j’ai opté pour une spécialisation en réalisation et mise en scène.

Pour tes réalisations artistiques, quelles sont tes sources d’inspiration ?

Concernant le cinéma, je dirais : les réalisateurs Jacques Tati et Pierre Etaix ainsi que le cinéma muet avec Charlie Chaplin. Ce sont des individus qui prennent du recul par rapport au monde, qui observent, qui étudient les comportements et qui révèlent la poésie du quotidien, ce qu’il y a de merveilleux dans chaque action. C’est pour cela que j’ai décidé que le court-métrage que je suis en train d’écrire ne contienne aucun dialogue mais par contre de nombreux bruitages et sons d’instruments. L'expression sera basée sur le rythme, la musicalité de l’action. De mon point de vue, c’est ce qui rend le film plus universel et plus poétique.

En danse, je suis inspiré par Fred Astaire et Gene Kelly qui illustrent merveilleusement bien le passage naturel de la parole au chant et à la danse.

J’admire également beaucoup de stars du music-hall américain comme le fougueux Jimmy Durante qui accompagne ses sketchs au piano, ou français comme Bourvil qui interprète des chansons comiques et poétiques. Deux grandes personnalités.

Que prévois-tu pour les mois à venir ?

Avec la Covid, c’est compliqué d’imaginer quoi faire précisément dans les mois à venir. Je peine à trouver un stage pour cet été dans le domaine de l’audiovisuel (chaînes télé, studios radio, production…). J’ai épluché de nombreux sites et envoyé beaucoup de candidatures mais la plupart sont restées sans réponse. L’avenir est encore assez incertain : Vais-je trouver un stage ? Quelles scènes vont rouvrir ? Vais-je pouvoir me produire sur scène rapidement ?

Aussi, j’ai entamé des démarches pour m’inscrire en L3 Anglais et suivre cette formation en parallèle de mes études de cinéma pour m'ouvrir d’autres portes. Cette langue me passionnant, je m’assurerais une sécurité en m’orientant vers l’enseignement et la transmission qui me passionnent depuis toujours.

Quels sont tes objectifs sur le long terme ?

Dans 5-10 ans, je voudrais être metteur en scène de cinéma et danseur. Je tiens particulièrement à un certain rapport à la danse qui semble se perdre de nos jours. Aujourd’hui, on recherche beaucoup plus la technique et la performance que le style ou l’émotion simple. Dans cette recherche, Gene Kelly, Fred Astaire et tous les autres m’accompagnent chaque jour.

Peux-tu nous livrer ton ressenti par rapport à la conjoncture actuelle ?

Toutes les périodes ne sont pas faciles à vivre. J’ai remarqué certains comportements étranges. En travaillant avec les enfants, je me suis rendu compte que nombre d’entre eux ont perdu leur âme d’enfant et leur innocence. Ils ont été exposés à des choses trop tôt: Covid, réseaux sociaux… et cela m’attriste. Il est vraiment important pour moi de savoir s’émerveiller, de prendre le temps de regarder et de savourer le monde, surtout lorsque l’on est enfant.

Le mot de la fin :

Je me considère comme très heureux du chemin parcouru. J’ai eu la chance de rencontrer de très belles personnes qui m’ont beaucoup appris et toujours tiré vers le haut. Paris est pour cela une ville formidable, vivante, dynamique. J’ai encore beaucoup de choses à y construire et beaucoup de beaux projets sont sur le point d’éclore. Et même s’il m’arrive de m’inquiéter d’une certaine décadence sociétale généralisée (dégradation des relations sociales, de la langue française qui, mal maîtrisée devient source de confusions, violences…), j’essaie chaque jour très modestement d’œuvrer dans le sens du beau et du merveilleux.

Youtube: Alexis THOMAS-SZLACHTA