Samedi 9 juillet, participez au Grand Banquet/Barbecue des Alumni à St Stan : En savoir +

X

Adelaïde Renault et la mode de demain !

Ghizlene Taleb, April 21, 20226 min
ÉtudiantsPromo 2016

Une révolution est en cours dans le secteur de la mode : exit l'ultra-fashion et place au surcyclage (upcycling) ! Adelaïde Renault, étudiante en design et mode, est l'une des actrices de ce changement. Entretien avec cette entrepreneuse engagée et volontaire.

Bonjour Adelaïde. Quand as-tu intégré Saint-Stan’ ? Quel parcours y as-tu suivi ? Qu'est-ce qui a marqué ta scolarité ?

Je suis arrivée à St-Stan en Seconde et je suivais alors l’option cinéma / photo. Je me suis ensuite dirigée vers une 1ère et Terminale ES - option Art Plastique, et j’ai obtenu mon Bac en 2016. Mes meilleurs souvenirs restent les cours de photo / cinéma, la fête des Terminales et le voyage à Paris que l’on a fait en Terminale. 

Vers quelle branche t’es-tu orientée, une fois le bac obtenu ?

Après mon bac je me suis dirigée vers une école de design. J’ai intégré un Bachelor en Design de Mode à l’école de Condé de Bordeaux.

Qu’as-tu appris de ce bachelor et comment a-t-il impacté ton quotidien ?

Ce bachelor m’a beaucoup appris, il m’a fait grandir et m’a permis de comprendre ce que je souhaitais faire par la suite. La MANAA (Mise à Niveau en Arts Appliqués, la première année) m’a fait découvrir les différentes pratiques liées au design, et grâce aux deux années qui ont suivi, j’ai appris le dessin, le stylisme, le modélisme, la photo, etc.

As-tu eu l’opportunité de réaliser des stages dans le secteur de la mode ? Qu’est-ce que cela a révélé ?

Oui j’ai pu réaliser un stage de deux mois en deuxième année de Bachelor. L’école avait un contact à Jaipur en Inde, j’ai donc choisi de le réaliser là-bas. L’Inde est un pays qui m’a toujours intrigué et donné envie, et c’est un voyage passionnant pour le textile.

Malheureusement, nous nous y sommes rendus aux mois de mai - juin, la période des moussons, et avec notre rythme de travail, nous n’avons pas eu le temps d’en profiter assez. En rentrant je pensais déjà à repartir, pour prendre le temps de découvrir le Rajasthan, ses traditions et ses textiles.

Peux-tu nous présenter le projet Je file en couleurs ?

Après mon bachelor je n’étais pas sûre de ce que je voulais faire pour la suite et j’ai voulu faire une pause dans mes études. Ça faisait des années que je pensais à partir en voyage pour une longue période, j’ai donc décidé de sauter le pas et de prendre une année de césure pour travailler puis voyager. L’idée a germé assez rapidement : je voulais voyager en Asie et découvrir les traditions textiles sur place, le projet Je file en couleurs est né ! L’objectif était de mettre en avant les techniques et les artisans du textile via Instagram et via des articles. Ce voyage en solitaire devait durer au moins cinq mois, à travers l’Asie. Malheureusement, la crise du Covid m’a obligé à rentrer plus tôt mais j’ai tout de même pu aller en Inde, en

Thaïlande, au Cambodge et au Vietnam.

Ce fût une expérience incroyable faite de rencontres, de découvertes et de paysages magnifiques. J’en ai pris plein les yeux, et j’ai hâte de repartir pour reprendre ce projet ! 

En 2020, tu as rejoint le Master du programme EnaMoMa de l’université PSL. Quels en sont les enseignements majeurs ? Comment t’impliques-tu au sein de la formation ?

Exactement ! J’ai rejoint la trajectoire Création du Master EnaMoMa et je suis en alternance au Relais Val de Seine. C’est un Master en Mode & Matière axé sur la transition écologique et co-créé par L’EnsAD, Dauphine et Les Mines. J’ai tout de suite été tentée par cette formation qui change de ce que l’on a l’habitude de voir en France : l’enseignement est en anglais et est axé sur la collaboration entre les étudiants de management, d'ingénierie et de design afin de penser ensemble la mode de demain. C’est une formation où l’on apprend beaucoup des uns et des autres et qui nous permet d’être proche des professionnels.

En Décembre 2021, tu as créé la marque R/ upcycling pour le Relais. Quelles étapes as-tu suivies pour aboutir à la naissance de ce projet ? 

J’ai commencé mon alternance au Relais Val de Seine en Novembre 2020 avec comme mission la création d’un projet upcycling. La marque R/ upcycling a donc été lancée le 2 Décembre 2021 avec sa première collection réalisée en collaboration avec le collectif Andrea Crews. La marque et la première collection se sont créées en 3 mois, un vrai défi, cela a été beaucoup de travail mais je suis contente du résultat et les pièces ont plu ! 

Comment définirais-tu la marque ?

La marque R/ reprend les valeurs écologiques et sociales du Relais, mais la réflexion va plus loin. J’ai fait le choix de créer des pièces uniques, transformées uniquement à partir de vêtements trop abîmés pour être vendus. Les créations sont inclusives par la gamme de tailles proposées, leur faible prix et leur mixité. 

À quelle problématique répond cette nouvelle marque ?

Le projet upcycling répond à plusieurs besoins : celui de créer toujours plus d’emplois en insertion au sein de l’entreprise et celui de trouver un débouché local aux vêtements trop abîmés pour être revendus. Mais R/ répond à une problématique plus globale qui est celle de ralentir la surconsommation de vêtements en sensibilisant et en proposant une alternative responsable.

Comment imagines-tu la mode dans quelques années ? À quels défis allons-nous devoir faire face ?

J’imagine une mode plus durable, respectueuse et transparente. Je crois que la société est prête pour ce changement, la seconde main se démocratise, les gens prennent conscience des désastres écologiques et humains que ce secteur engendre. Le défi auquel nous risquons de faire face est déjà bien réel, c’est celui de l’ultra fast fashion. Le risque est qu’en parallèle cette frénésie s’amplifie, que la production continue d’augmenter avec des prix en baisse constante.

Quelles sont tes perspectives d’évolution personnelle et professionnelle après le Master ?

Je termine mon Master dans quelques mois et ensuite je vais continuer de travailler au Relais sur ce projet qui ne fait que commencer. Nous souhaitons vraiment pérenniser la marque, relancer des collections et des collaborations, agrandir l’atelier et l’équipe avant la fin de l’année. C’est une fin d’année chargée qui s’annonce ! Ensuite, j’aimerai repartir voyager et repartir à la découverte de l’artisanat textile autour du monde. 

En parallèle, tu es directrice artistique de WoMen’Up, association 100% mixte créée par et pour les jeunes générations. Quelles sont tes missions et quelles compétences emploies-tu dans le cadre de tes fonctions ?

En effet, j’ai été directrice artistique de l’association pendant plus d’un an. Mais malheureusement, je n’ai pas pu continuer par manque de temps, cela devenait difficile de m’investir totalement dans mes cours, mon alternance qui était très prenante et l’association. Mais cette association est une vraie pépite ! Elle défend l’égalité Hommes-Femmes par le pilier des jeunes générations et est mixte. 

Pendant cette année j’ai retravaillé la charte graphique et créé des visuels destinés aux réseaux sociaux.

L’amicale peut-elle relayer ou diffuser un besoin ou un message ?

C’est cliché mais je crois réellement que si on veut le faire, on peut, si on s’en donne les moyens ! Il n’y a pas d’âge pour partir au bout du monde ou monter une entreprise, mais pour cela il faut foncer car cela arrive rarement par chance. Les grands projets demandent du travail, et de faire des erreurs, mais il ne faut pas avoir peur de voir les choses en grand !

linkedin.com/in/adélaïde-renault-1a8b791a5